Connect with us

Boxe

Anthony Yarde réagit à sa défaite face à Beterbiev, l’arrêt du combat par son équipe

APRÈS avoir servi huit rounds palpitants rythmés par certaines des meilleures actions mi-lourdes que Londres ait jamais vues, Artur Beterbiev et Anthony Yarde se sont retrouvés face à face dans les entrailles de la Wembley Arena une fois que tous les cris se sont arrêtés. "Nous avons tous les deux fini avec des points de suture", a déclaré Yarde derrière des lunettes de soleil foncées. «Nous étions assis dans la même salle médicale pour les faire ensemble. "J'ai des lunettes de soleil maintenant parce que parfois la vanité entre en jeu et vous ne voulez pas que quiconque voie ces coupures et ecchymoses." Yarde s'est battu vaillamment jusqu'à la fin, qui est arrivée 2:01 au huitième tour, et a résisté au pouvoir du champion WBO, IBF et WBC comme personne ne l'a fait au cours de ses 18 combats précédents – et 18 victoires – en tant que professionnel. Mais malgré sa bravoure et la masse de respect qu'il a recueillie de tous les coins du monde de la boxe lors de sa défaite, Yarde est parfaitement conscient que son record dans les défis du titre mondial est maintenant de 0-2 après son arrêt au 11e tour contre Sergey Kovalev en 2019. . Il a déclaré: «J'ai une mentalité de gagnant, donc je voulais ramener à la maison ces trois titres mondiaux unifiés, mais c'est la boxe, le sport le plus difficile au monde. Je pensais que j'allais le faire, je pensais "Je l'ai". «Il m'avait dans un coin et me frappait avec beaucoup de coups durs mais je pensais que si je continuais à bouger, je pouvais le faire. « J'étais à mon rythme, ayant appris des expériences passées. Mais ensuite je l'ai frappé et il m'a riposté ! "En Russie contre Kovalev, c'était différent. J'ai grandi depuis. Beaucoup de gens se font pousser pour leurs titres mondiaux, je continue d'avoir ces monstres russes avec les muscles et les abdominaux. "Mais c'est de la boxe et Dieu donne ses batailles les plus difficiles à ses guerriers les plus forts. Je suis fort de cœur et d'esprit et j'ai amélioré la vie de ma famille. « Nous sommes mieux lotis qu'avant et je reviendrai. Je suis tellement ambitieuse et je ne me mens pas ou ne me raconte pas de conneries, je suis un vrai personnage. Je pensais vraiment que je pouvais gagner. Yarde a été abandonné pour la première et unique fois dans le combat au milieu du huitième quand il a tenté de lancer un uppercut droit mais a été contré par un coup droit du champion. Un autre crochet de Beterbiev l'a ensuite fait trébucher et, bien qu'il se soit levé pour battre le décompte, l'entraîneur de Yarde, Tunde Ajayi, était monté sur le tablier du ring pour demander un arrêt. À propos du renversement, Yarde a expliqué: «J'ai regardé des clips où il plonge et lance la main droite mais il l'a lancé et m'a attrapé. "J'ai entendu le décompte commencer, j'ai pris mon temps, j'ai battu le décompte, mais mon entraîneur et mon équipe m'aiment et ont dit qu'ils voyaient quelque chose qu'ils n'aimaient pas. "Tout ce à quoi je pensais, c'était" lève-toi, vas-y encore, frappe-le avec n'importe quoi ". Mais cela a été annulé et je suis capable d'en parler et d'en rire maintenant, alors nous vivons pour nous battre un autre jour.

Après avoir pro­po­sé huit rounds pal­pi­tants et ryth­més par cer­taines des meilleures actions que Londres ait jamais vues chez les mi-lourds, Artur Beter­biev et Antho­ny Yarde se sont retrou­vés dans les loges de la Wem­bley Are­na pour se faire recoudre…

“Nous avons tous les deux fini avec des points de suture”, a décla­ré Yarde der­rière des lunettes de soleil fon­cées. “Nous étions assis dans la même salle médi­cale et fai­sions ça ensemble.”

“J’ai des lunettes de soleil main­te­nant parce que par­fois la vani­té entre en jeu et vous ne vou­lez pas que qui­conque voie ces cou­pures et ecchymoses.”

A lire aus­si : Video HL – Artur Beter­biev force l’équipe d’ Antho­ny Yarde à abandonner

Yarde s’est bat­tu vaillam­ment jus­qu’à la fin du match, qui est arri­vée 2:01 au hui­tième tour, résis­tant à la puis­sance du cham­pion WBO, IBF et WBC comme per­sonne ne l’a fait au cours de ses 18 com­bats pré­cé­dents en tant que professionnel.

Mais mal­gré sa bra­voure et la masse de res­pect qu’il a recueillie de tous les coins du monde lors de sa défaite, Yarde est par­fai­te­ment conscient que son pal­ma­rès dans des cham­pion­nats du monde est main­te­nant de 0–2 après son arrêt au 11e tour contre Ser­gey Kova­lev en 2019.

Il a décla­ré : “J’ai une men­ta­li­té de gagnant, donc je vou­lais rame­ner à la mai­son ces trois titres mon­diaux uni­fiés, mais c’est la boxe, le sport le plus dif­fi­cile au monde. Je pen­sais que j’al­lais le faire, je pen­sais “Je l’ai”.

“Il m’a­vait dans un coin et me frap­pait avec beau­coup de coups durs mais je pen­sais que si je conti­nuais à bou­ger, je pou­vais tenir.”

“J’é­tais à mon rythme, ayant appris des expé­riences pas­sées. Mais ensuite je l’ai frap­pé et il a riposté !”

“En Rus­sie contre Kova­lev, c’é­tait dif­fé­rent. J’ai gran­di depuis. Beau­coup de gens se font pous­ser pour leurs titres mon­diaux, je conti­nue d’af­fron­ter ces monstres russes avec les muscles et des abdominaux.”

“Mais c’est de la boxe et Dieu donne ses batailles les plus dif­fi­ciles à ses guer­riers les plus forts. Je suis fort de cœur et d’es­prit et j’ai amé­lio­ré la vie de ma famille.”

“Nous sommes mieux lotis qu’a­vant et je revien­drai. Je suis tel­le­ment ambi­tieux et je ne me mens pas ou ne me raconte pas de conne­ries, je suis un vrai per­son­nage. Je pen­sais vrai­ment que je pou­vais gagner.”

Yarde a été aban­don­né pour la pre­mière et unique fois dans un com­bat au milieu du hui­tième quand il a ten­té de lan­cer un upper­cut avant d’être contré par un coup droit du champion.

Un autre cro­chet de Beter­biev l’a ensuite fait tré­bu­cher et, bien qu’il se soit levé pour le décompte, l’en­traî­neur de Yarde, Tunde Ajayi, était mon­té sur le tablier du ring pour deman­der l’ar­rêt de la rencontre.

À pro­pos du Kno­ck­down, Yarde a expli­qué : “J’ai regar­dé des vidéos où il plonge et lance la main droite mais il l’a lan­cé et m’a attrapé.”

“J’ai enten­du le décompte com­men­cer, j’ai pris mon temps, j’ai pas­sé le décompte, mais mon entraî­neur et mon équipe m’aiment et ont dit qu’ils voyaient quelque chose qu’ils n’ai­maient pas.”

“Tout ce à quoi je pen­sais, c’é­tait “lève-toi, vas‑y encore, frappe-le avec n’im­porte quoi”. Mais cela n’a pas pu se faire et je suis capable d’en par­ler et d’en rire maintenant.”

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *