Connect with us
Suivez le GLORY Collision 4 en direct.

Actualités

Deontay Wilder : “Ils ont créé Anthony Joshua, Ils lui ont tout donné”

Pour Deon­tay Wil­der, Antho­ny Joshua est aus­si syn­thé­tique que possible.

Deontay-Wilder-anthony joshua

L’ancien cham­pion WBC des poids lourds, Deon­tay Wil­der, a sug­gé­ré dans une récente inter­view qu’il pense que les résul­tats de la car­rière de Joshua ont été lar­ge­ment fabri­quées, affir­mant, en sub­stance, qu’il y a plus de média­ti­sa­tion que de résul­tats concrets au nom d’ Antho­ny Joshua. Dans l’in­ter­view, Wil­der a répé­té à plu­sieurs reprises que les par­ti­sans de Joshua lui avaient “tout donné”.

Wil­der, bien sûr, a sou­li­gné que sa cri­tique n’est pas le résul­tat d’une ani­mo­si­té per­son­nelle envers Joshua. Il pense appa­rem­ment, cepen­dant, que la der­nière défaite de Joshua contre le cham­pion WBO, WBA, IBF Olek­san­dr Usyk est en quelque sorte la preuve des talents super­fi­ciels de Joshua. Joshua a per­du par déci­sion contre Usyk lors de leur match revanche pour le titre des poids lourds le mois der­nier à Djed­dah, en Ara­bie saoudite.

Invi­té à com­men­ter ce qui n’al­lait pas avec le poids lourd bri­tan­nique, Wil­der a pro­po­sé un diag­nos­tic cinglant.

“Vous allez tous me faire frap­per un coup franc, mec”, a décla­ré Wil­der à Brian Cus­ter sur le pod­cast The Last Stand. “Les choses que j’ai dites aupa­ra­vant, beau­coup de choses que j’ai dites aupa­ra­vant. Ils ont fait Antho­ny Joshua. Ils l’ont fait. Cela n’a rien à voir avec – “oh, il ne l’aime pas” – non, ce n’est pas ça, tu vois ce que je veux dire ? Je ne l’aime pas dans le sens com­mer­cial. En tant que per­sonne, je n’ai rien que je n’aime pas chez lui – mais en tant qu’­homme d’af­faires, dans ce busi­ness ? Je ne l’aime pas du tout. Je n’aime pas ces bouf­fon­ne­ries d’af­faires et la façon dont ils mènent leurs affaires parce que c’est un busi­ness de gla­dia­teurs. Encore une fois, per­son­nel­le­ment, je n’ai rien contre lui. Per­son­nel­le­ment, je ne le connais pas en tant qu’homme.”

Cré­dit pho­to : PA Images / Icon Sport

“En ce qui concerne les affaires, je ne me sou­cie pas de lui. Mais ils l’ont fait. Des Jeux Olym­piques au clas­se­ment pro. Tu le sais. Les affaires sont les affaires. Nous sommes nés pour le faire. Pour moi, beau­coup de gens sont d’ac­cord qu’ils lui ont don­né, même avec les Jeux olym­piques, ils lui ont don­né cette médaille. Avec ces cein­tures, ils ont ache­té beau­coup de ces cein­tures. Il n’y a rien de mal à cela parce que beau­coup de gens achètent cer­tains postes, cer­taines choses, peu importe. Donc, si vous avez de l’argent ou quoi que ce soit, allez‑y. Mais je pense à la façon dont ils l’ont pré­pa­ré à cer­tains moments pour les­quels il n’é­tait pas prêt.”

“Je crois qu’ils l’ont créé, fabri­qué et lui ont don­né beau­coup de choses et ils l’ont pro­mu. Ils ont fait de fausses pro­mo­tions. Une fois, il a ven­du [ses places] plus vite que Michael Jack­son. Nous ne pou­vons pas croire cette m***, mec. Des trucs comme ça. Il s’est ven­du plus vite que Michael Jack­son ! … Je me fiche du nombre – vous n’a­vez pas assez de com­pa­triotes et de femmes … pour vendre plus vite que Michael Jack­son. Repose en paix, Mike, je te soutiens.”

Wil­der a eu une rela­tion contro­ver­sée avec les mana­gers de Joshua, prin­ci­pa­le­ment son pro­mo­teur Eddie Hearn de Mat­chroom Boxing. Hearn a eu des échanges avec Wil­der et son mana­ger, Shel­ly Fin­kel, à de nom­breuses reprises, mais sur­tout en 2018 et 2019, quand il sem­blait qu’un com­bat Joshua-Wil­der était possible.

Plus récem­ment, Wil­der et Hearn ont échan­gé des mots dans la presse après qu’il a été révé­lé que Hearn avait ten­té de contac­ter Fin­kel pour dis­cu­ter d’un nou­veau d’un com­bat Joshua-Wil­der. Wil­der, cepen­dant, a ridi­cu­li­sé Hearn pour l’offre sup­po­sée parce que Joshua se pré­pa­rait encore pour le match revanche d’U­syk. Fin­kel, pour sa part, a fina­le­ment décla­ré à un média qu’il était ouvert à un com­bat Joshua-Wil­der. Wil­der, bien sûr, a actuel­le­ment ses propres affaires à gérer. Il est sur le point de faire son grand retour face à Robert Hele­nius le 15 octobre au Bar­clays Cen­ter de Brook­lyn, New York.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivez le GLORY Collision 4 en direct