Fight and Furious - Compte rendu de la soirée

Fight and Furious - Compte rendu de la soirée

Par Paul Schmitt - Boxemag.com En ligne le lundi, 14 mars 2016. Posté dans les catégories Boxing - News

11 combats, 7 heures de boxe

Nous étions samedi soir au Palais des Sports Marcel Cerdan de Levallois-Perret, temple de la boxe en France pour assister  la nouvelle soirée organisée par Malamine Koné baptisée Fight and Furious ! Retour détaillé sur cette grande et longue soirée, il y’en avait ainsi pour tous les goûts.

Y. Amghar (26ans,14-0, 4 K.-O) vs J. Moraiti (23ans, 11-9-4) / poids super légers

Yazid Amghar a su dès le début imposer son rythme et à se distinguer par sa boxe technique et ses coups précis. Jean Moretti a vite compris qu’il ne pourrait pas suivre la cadence, d’où son choix de boxer en contre. Ce combat n’a pas été aussi facile que prévu pour Amghar, marqué à l’œil gauche à la fin de la seconde reprise. Même s’il a dominé sur l’ensemble du combat, il n’était pas à l’abri de se faire contrer lourdement. Le médecin a été sollicité par l’arbitre au cours de la cinquième reprise pour Moretti, fortement éprouvé et le nez en sang. Le combat s’est poursuivi mais de manière unilatérale jusqu’à son terme. Encore une très belle démonstration de boxe de la part de Yazid Amghar, toujours invaincu en quatorze combats.

B. Jkitou (4-0, 3 K.-O) vs J. Duchemin (26ans, 4-4-1) / poids moyen

Bilel Jkitou, petit frère de l’invaincu Rachid Jkitou, a commencé très vite le combat sans aucune période d’observation. Dès les premiers instants du combat, on a su que Joel Duchemin ne pourrait pas tenir les quatre reprises prévues. Notre pré-sentiment s’est confirmé à la deuxième reprise puisque, très précis et beaucoup plus rapide, Jkitou l’a envoyé au tapis une première fois. Celui-ci s’est relevé et a tenté de s’accrocher mais Jkitou a réussi à se défaire et à envoyer une terrible salve de coups. L’arbitre a arrêté le combat juste avant que retentisse le gong. On notera la présence de Mamadou Thiam pour remettre le trophée au jeune boxeur invaincu soutenu par son public nanterrois.

H.Zoulikha (29ans, 22-8, 10 K.-O) vs H. Kasperski (28ans, 26-7-1, 19 K.-O) / mi-lourds

Kasperski était au-dessus techniquement mais les lourds crochets bras avant comme bras arrière l’ont fortement affaibli. Zoulikha a tenté dès les premières minutes du combat d’en finir mais la lucidité de Kasperski malgré les coups encaissés l’a empêché d’œuvrer. Zoulikha a même vacillé en fin de reprise mais a laissé la tempête passer jusqu’au premier gong. Tactique payante puisque Kasperski posa le genou à terre dans la deuxième reprise. Hugo Kasperski a été vaillant tout le combat, on se demandait même comment pouvait-il rester encore debout après les larges crochets de son adversaire. Zoulikha avait les possibilités de l’expédier définitivement au tapis mais il n’a pas envoyé ses coups avec les épaules, donc ils furent moins puissants. Par décision unanime, Hakim Zoulikha s’est imposé face à un adversaire valeureux, qui a accepté le combat malgré les difficultés. Cette opposition fait partie des meilleurs combats que nous avons vu hier soir. Du fait du combat sans aucun temps morts, l’ambiance dans la salle était explosive.


[8x3] H. N’Dam (32ans, 32-2, 18 K.-O) vs P.Mendy (25ans, 16-10-1, 1 K.-O) / middleweight

A la fois mobile et précis, Hassan N’Dam est rentré rapidement dans son combat. Patrick Mendy n’est quasiment pas parvenu à le toucher. Dans la deuxième reprise, N’dam a quelque peu changé de technique en se laissant cadrer dans les cordes. La droite envoyée en contre a attesté de l’efficacité de son stratagème. Son adversaire s’est réveillé à la troisième reprise en envoyant une droite fulgurante et en se révélant de plus en dur à boxer. N’dam a ravi son public avec un beau jeu de jambes en début de quatrième reprise et son adversaire l’a chambré en l’imitant. Les reprises restantes se sont malheureusement répétées, l’enthousiasme du public s’est ainsi quelque peu volatilisé. Mais grâce au speaker Jean Pierre Cossegal, l’ambiance est revenue au cours de la huitième et ultime reprise. Victoire logique de N’dam mais son retour en France ne fut pas aussi grandiose que nous le pensions. Il faut tout de même contrebalancer notre sentiment par le fait que c’était un combat de reprise, que son adversaire était très compliqué a boxer et qu’ il n’avait pas boxé depuis sa défaite contre David Lemieux en juin 2015.

[CH. EU, 12x3]  : C.Vitu (30ans, 44-2, 18 K.-O) vs R. Varon (36ans, 43-9, 20 K.-O) / super welter

Cédric Vitu a conservé son titre de champion d’Europe avec brio en s’imposant par K.-O technique à la quatrième reprise. C’est le seul combat durant lequel il y’a eu au moins une minute d’observation mais qui s’est vite terminée avec des beaux crochets du champion qui ont fait mouche. Le regard dans le vide de Ruben Varon nous a suffi à comprendre le combat serait à sens unique s’il ne changeait rien. Et ce fut le cas, Vitu a été en démonstration sur l’ensemble des reprises. Il n’a pas été une seule fois déstabilisé. Ce combat s’est transformé en une vraie démonstration de boxe, Vitu a surclassé techniquement son adversaire. Il a appliqué la règle première du noble art à savoir celle de toucher sans se faire toucher. Bien en jambes et sur ses appuis, Vitu a pu boxer relaxé tout en augmentant le rythme. A la quatrième reprise, il a coincé Varon dans un coin et l’a asséné de coups tous aussi rapides les uns que les autres, ce qui obligea l’arbitre à s’interposer pour stopper le champion dans sa lancée.

[4x3] L. Toutin (18ans, 1-0, 1 K.-O) vs F.Duran (32ans, 3-4, 1 K.-O) / super moyens

Louis «  Kway  » Toutin est venu à bout de son adversaire en moins de deux minutes. Francisco Duran a été la cible d’un déluge de coups tous aussi variés les uns que les autres et d’une impressionnante puissance. S’il y avait bien un moment où il ne fallait pas quitter son siège, c’était bien celui-ci. Ce jeune boxeur a fait forte impression au sein du Palais des Sports Marcel Cerdan, plein de personnes ont demandé son nom à nouveau pour être sûr. Entrainé par Joseph Germain, ancien entraîneur du grand Jean-Marc Mormeck et signé par Malamine Koné, il a un avenir prometteur. A suivre absolument, révélation de la soirée.

[8x3] R.Garrido (32ans, 16-13, 2 K.-O) vs D.Sow (33ans, 18-1, 4 K.-O)  / super légers

Un invaincu va devoir y réfléchir à deux fois avant de contacter Rénald Garrido. Après son exploit en septembre dernier contre l’ex-invaincu Bradley Saunders, le marseillais a inscrit dans le palmarès de Daouda Sow sa première défaite en dix-huit combats dans l’une des plus belles oppositions de la soirée. Le vice-champion olympique de Pékin 2008 commençait pourtant bien son combat en boxant proprement la boule de nerf marseillaise qui avait tendance à se jeter systématiquement. Toujours au-dessus techniquement, Daouda Sow ne semblait pourtant pas préparé à la boxe généreuse de Rénald Garrido. A la cinquième reprise, un coup au plexus suivi d’une droite envoyée par Rénald Garrido a inversé totalement la tendance du match. Daouda Sow a tenté de chambrer et décourager le «  Lion  » en s’accroupissant très bas pour esquiver. La première fois ça a fonctionné mais la deuxième fois, Garrido fût préparé à son jeu d’esquives basses et il le toucha fortement. S’en est suivi un combat acharné de la part de Garrido qui savait que cette opportunité ne se reproduirait peut-être pas deux fois. Victoire logique de Rénald Garrido sans oublier de saluer la prestation tout aussi spectaculaire de Daouda Sow car pour faire un beau combat, rappelons-le, il faut être deux.

[6x3] A.El Mousaoui (25ans, 23-2-1, 5 K.-O) vs F. El Massoudi (28ans, 13-7, 1 K.-O)/ welter

Ahmed El Mousaoui n’a pas réussi à mettre un terme au combat avant la limite malgré son coup d’œil remarquable et sa boxe basée sur la technique et le contre. En face de lui, Fouad El Moussadi a perturbé «  Le Prince  » en avançant constamment malgré la réception enchaînements efficaces et précis. Formé à la même école que Franck Haroche Horta, El Moussoudi est un boxeur qui ne lâche rien et qui parvient même à sourire lorsqu’il est en difficulté. Il a manqué à Ahmed El Mousaoui de la puissance, comme l’a souligné Marvin Petit, présent dans la salle. Mais on retiendra sa boxe défensive, se laissant même bloquer dans les cordes pour en sortir magnifiquement avec un coup sec et rapide, en référence à Mayweather.

[CH. WBC I, 12 x3]  : Y.Mendy (30ans, 34-4-1, 17 K.-O) vs S.Kasmi (33ans, 19-12-1, 5 K.-O)/ légers

Yvan Mendy a régalé la foule et plus particulièrement ses supporters en mettant K.-O Samir Kasmi à la neuvième reprise. Le boxeur défait n’a pas démérité, fidèle à sa réputation, il n’a rien lâché face au champion international WBC. La vaillance a été son maître d’ordre car même impacté physiquement et mentalement, il a continué à avancer malgré la distance que Mendy tentait de maintenir à l’aide de son bras avant. Il a proposé de belles esquives même s’il a pris de nombreux crochets. Yvan Mendy a mis au fin combat par son crochet ravageur au début de la neuvième reprise et a confirmé son statut de champion pour sa première défense de titre. Un grand bravo à lui et également à Samir Kasmi qui a tout donné pour une rencontre franco-française de qualité.

[CH.WBC FP, 12x3]  : F.Petitjean (28ans, 16-4-3, 2 K.-O) vs H. Ben Ali (28ans, 13-4, 1 K.-O) /super légers

Petitjean a obtenu le titre inaugural WBC Francophone des super-légers par décision unanime face au belge Hakim Ben Ali. Combat peu convaincant pour le levalloisien qui n’a pas su trouver l’ouverture décisive face à un boxeur classé 406ème au classement mondial alors qu’il est 61ème. Petitjean a une boxe irréprochable mais c’est peut-être cela qui lui porte préjudice  : il ne prend pas assez d’initiatives. Au vu de sa première reprise plutôt offensive on s’attendait à ce qu’il finisse rapidement le combat mais le combat s’est poursuivi jusqu’à son terme. L’horaire tardif a surement impacté directement l’enthousiasme que la salle vouait au combat hormis ses supporteurs toujours aussi nombreux, mais il est vrai que ce combat a manqué d’attractivité. Mis à part cela, Franck Petitjean a fait ce qu’il fallait faire à savoir obtenir ce titre pour progresser dans les classements WBC.

[CH.EU, 12x3] P.Bois (25ans, 14-5-1, 3 K.-O) vs I. Mikhalkin (30ans, 18-1, 9 K.-O) / mi-lourds

Patrick Bois n’a pas réussi à soutirer la ceinture européenne du russe qu’il défendait pour la troisième fois. Prévenu un mois et demi à l’avance, il semblait difficile pour le français de créer l’exploit. Cela s’est confirmé sur le ring, il n’a pas su saisir sa chance en hésitant trop dans sa manière de boxer alors qu’il n’avait rien à perdre. Il s’est laissé imposer le rythme et a subit fortement à chaque début de round. Le champion a boxé comme un challenger, actif au possible et en prenant toutes les initiatives. Même si à quelques moments, notamment au cinquième round, où il a retrouvé le sourire avec un beau crochet suivi d’un bras arrière, Patrick Bois a été largement en dessous de ce qu’on a l’habitude de voir. C’est dommage car à aucun moment, Patrick Bois ne semblait essoufflé alors que le champion l’a été au regard de sa suractivité pendant tout le combat.

Google Plus

Leave a comment

You are commenting as guest. Optional login below.

Captcha code Rafraîchir l'image