Compte Rendu Détaillé De La Soirée « BOXE » - Malamine Koné Events

Compte Rendu Détaillé De La Soirée « BOXE » - Malamine Koné Events

Par Paul Schmitt - Boxemag.com En ligne le samedi, 19 décembre 2015. Posté dans les catégories BOXING

La France a retrouvé ses soirées de boxe qui la faisait tant vibrer

Après la réussite de son premier gala intitulé « Apocalypse » le 13 juin dernier au Cirque d’Hiver, Malamine Koné a décidé de continuer sur sa lancée en proposant le 21 novembre dernier « Apocalypse 2 » au Palais des Sports Marcel Cerdan de Levallois-Perret. Suite aux terribles attentats du 13 novembre, Malamine Koné a préféré annuler cette réunion pour des raisons de sécurité évidentes. Nous voici donc à nouveau dans le Cirque d’Hiver pour une soirée toute aussi prometteuse que la précédente.

Après quatre assauts de boxe éducative dans lesquels on notera la victoire aux points de Cheikhmar « Iron Man » Koné, fils du promoteur entraîné par l’ancien poids moyens Mamadou Thiam, place à la boxe professionnelle.

19h25, c’est parti pour le combat des poids moyens opposant Bilel Jkitou à Rudy Sibilo (4x3).

Jkitou est mis en difficulté en ce début de rencontre mais très vite il parvient à installer sa boxe à la fois plus efficace et plus technique. Par de dangereux crochets gauches secs et bien placés, Jkitou réussit  à bien varier les niveaux. Face à lui, Sibilo ne démérite pas en touchant par de nombreux bras avant son adversaire garde basse. Ce combat est la prémisse d’une belle soirée dans laquelle les boxeurs vont tout donner pour le plus grand plaisir des amateurs du noble art. Bilel Jkitou est déclaré vainqueur par décision unanime (39-37 ; 40-36 ; 40-36).

20h20, une minute de silence est observée en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre dernier.

Malamine Koné a tenu à matérialiser son soutien en dotant les boxeurs des gants « bleu, blanc rouge » avec l’emblème de la tour de la Eiffel au centre. Place au direct, les caméras de l’Equipe 21 sont prêtes à diffuser le deuxième combat professionnel de la soirée.

Le speaker Franck Teissedre laisse sa place au grand Jean-Pierre Cossegal. Ce dernier annonce le combat des super poids moyen Yoann Bloyer vs Mickael Diallo alias « Le bombardier » arbitré par Ali Oubaali, l’ancien poids super légers (6x3).

Diallo entame ce début de combat très rapidement en submergeant son adversaire par  de nombreux coups. Par un crochet du droit, il envoie Bloyer au tapis qui se relève péniblement mais son coin préfère jeter l’éponge. Mickael Diallo nous prouve encore une fois qu’il n’a pas usurpé son surnom de « bombardier ».

Place ensuite au combat des poids mi lourds entre Arsen Goulamirian vs Isossa Mondo (8X3)

 

Dès la fin du premier round, la question qui réside dans les esprits est la suivante : « Comment fait Mondo pour rester debout ? ». Il encaisse et parvient même à frustrer Goulamirian qui n’arrive pas à trouver la solution pour transpercer sa garde haute et le mettre K.-O. Sixième reprise, un déluge de puissants crochets s’abat sur Mondo, l’arbitre l’arrête. Même si il n’a pas gagné, Isossa Mondo s’est attiré le respect des spectateurs après être resté debout suite aux lourds coups encaissés. Il repart la tête haute et il le sait. Dès qu’il lève les bras, le public l’applaudit encore plus fort. Une ambiance des plus chaleureuses règne au sein du Cirque d’Hiver.

La soirée continue avec le combat des super poids légers Yazid Amghar vs Salaheddine Sarhani (6x3)

En véritable machine à boxer, Amghar ne laisse aucun moment de répit à son adversaire. Sarhani a du mal à rentrer dans son combat, étouffé par le nombre de coups, mais tente de faire la différence sur les deux dernières reprises qui ravissent le Cirque d’Hiver par leur explosivité. Les boxeurs se sont livrés à une véritable bataille où chaque coup pouvait être décisif. Mais cela n’a pas suffi, Yazid Amghar s’impose logiquement par décision unanime (58-56,59-55,59-55).

Jean-Pierre Cossegal annonce le main-event de la soirée (12x3) : le championnat européen entre Cédric Vitu, champion en titre, et l’espagnol Roberto Santos. Après l’hymne du challenger, la Marseillaise fait trembler le Cirque d’Hiver.

21h55, c’est parti pour sa première défense de titre obtenu le 13 juin dernier contre l’italien Orlando Fiordigiglio.

Cédric Vitu n’est pas dans un grand soir. Troisième reprise, Roberto Santos fait vaciller le champion en titre par de lourds crochets et deux uppercuts. En dessous techniquement mais avec des enchaînements efficaces, le challenger peut repartir avec le titre. On sent qu’il peut même plier le combat face à un champion qui ne parvient pas à se détendre et qui rend les coups seulement dans les gants. Mais au fil des reprises, Santos conserve toujours ce même rythme soutenu mais monotone. Cela permet à Vitu de mettre en place sa tactique défensive. C’est donc en stratège mais marqué physiquement que Cédric Vitu conserve son titre (116-112, 116-112, 115-115).

C’est maintenant l’heure de la touche féminine de la soirée avec le combat de Maiva Hamadouche vs Aouatif Al Kallachi (6x2)

Hamadouche touche magnifiquement bien sa rivale par son crochet gauche et sa droite suite à une longue observation. Troisième reprise, Hamadouche est lancée, elle souhaite en découdre et cela se ressent dans la manière dont elle avance au centre du ring. L’espagnole vacille à nouveau et n’arrive pas à remettre de coups en retour suite au terrible crochet gauche d’Hamadouche. Aouatif Al Kallachi est arrêtée par l’arbitre à la cinquième reprise. On notera sa vaillance et son courage pour avoir accepté d’affronter une telle pointure de la boxe en France.

Il est 23h35, place au premier championnat de France de la soirée entre Franck Petitjean et Rénald Garrido (10x3)

Après être monté sur le ring avec son masque de lion sur la tête, Rénald Garrido se joue des supporters de son rival par des petits pas de danse. Fidèle à sa réputation de showman, il nous promet encore une fois un combat intense par son style de bagarreur. Face à lui, Franck Petitjean ne le lâche pas du regard, il est prêt pour défendre une troisième fois son titre. Au-dessus techniquement, il semble avoir du mal à contenir l’explosivité du challenger marseillais soutenu par ses proches dont le poids lourd légers Mehdi Amar. Par sa précision et sa boxe en contre, Franck Petitjean conserve unanimement son titre de champion de France face à Rénald Garrido plus brouillon mais qui avait toutes les raisons de croire en lui jusqu’au bout (97-93, 97-93, 96-94).

00h30, dernier combat de cette belle soirée pour le titre de champion de France des poids légers laissé vacant par Yvan Mendy devenu champion international WBC après son combat contre le britannique Luke Campbell. Sylvain Chapelle monte sur le ring suivi sur un fond de guitare de Marvin Petit vêtu d’un peignoir bleu électrique doublé d’une fourrure blanche pour ce combat de clôture (10x3).

Très disputé, ce combat s’annonce difficile à juger. Les boxeurs se rendent coups pour coups, on assiste à un véritable « ping-pong pugilistique ». D’autant plus que pour Sylvain Chapelle, ce titre de champion de France serait la consécration de sa difficile carrière. Dans son coin on entend « Allez Sylvain, c’est ce soir que tout se joue ! ». Malgré sa détermination et son engagement, il ne parvient pas à contenir son adversaire surtout dans la dernière reprise. Marvin Petit est le nouveau champion de France des poids légers par décision unanime (98-92, 97-93, 97-93).

Un grand merci à Malamine Koné et à Christel Aujoux, ancienne bras droit du promoteur Michel Acariès, pour avoir réussi à nous réunir aussi rapidement dans ce lieu mythique de la vie parisienne.

Google Plus

Leave a comment

You are commenting as guest. Optional login below.

Captcha code Rafraîchir l'image