Mehdi Zatout - Comment il a réalisé son rêve d'enfance

Mehdi Zatout Histoire

En ligne le lundi, 10 août 2020. Posté dans les catégories Muay Thai / K1 - News, Muay Thai / K1

Une détermination payante

Mehdi Zatout est prêt à poursuivre sur sa lancée dans la course au titre de champion du ONE Championship et faire de 2020 sa meilleure année dans la plus grande organisation d’arts martiaux au monde.

Le combattant de 36 ans doit affronter Leo Pinto dans un combat de kickboxing ce vendredi 14 août à l'occasion du ONE: NO SURRENDER II qui se tiendra à Bangkok, en Thaïlande.

Zatout, qui est co-propriétaire du Venum Training Camp Thailand à Pattaya, à l'intention de montrer ses compétences qui ont fait de lui un combattant de kickboxing et de Muay Thai connu et reconnu dans les organisations du monde entier.

A l'occasion de son prochain combat dans la capitale thaïlandaise, nous vous proposons d'en apprendre un peu plus sur celui qu'on surnomme «Diamond Heart».

Le Muay Thai, Un Amour d'Enfance.

Zatout a fait ses débuts en Muay Thai grâce à un groupe d'amis d'école qui apprenaient dans un gymnase situé dans sa ville natale à Noisy-le-Sec, une banlieue Parisienne. Il est rapidement devenu accro à «l'art des huit membres».

«J'ai commencé le Muay Thai à l'âge de 10 ans et c'est là que j'ai rencontré mon équipe. Il y avait environ 10 personnes », dit-il.

Bien qu'il soit resté à l'école, Zatout n'a jamais pensé à poursuivre autre chose qu'une carrière en Muay Thai et à se rendre au pays du siam, en Thaïlande, pour apprendre et pratiquer au mieux cette discipline.

Ce n’était pas le chemin le plus évident pour un adolescent qui a grandit dans la capitale française, mais c’était son rêve. Heureusement, sa mère l'a soutenu.

«Ma mère m'a laissé faire ce que j'aimais», dit Zatout.

«Je n'ai jamais pensé à l'université. Je rêvais déjà de Muay Thai. En France, je travaillais, mais je m'entraînais toujours avant le travail, puis pendant mes pauses, j'allais m'entraîner ou j'allais courir. "

Zatout apprenait avec les meilleurs combattants de Muay Thai qu'il pouvait trouver en France et combattait chaque fois qu'il le pouvait. Il a du s'occuper de sa carrière sportive tout en travaillant à temps plein dans son entreprise familiale, qui vendait des accessoires de salle de bain.

Malgré tous ses efforts pour contribuer à l'entreprise, il a suivi son cœur et a finalement ouvert un magasin spécialisé dans l'équipement dédiés aux sports de combat.

«J'ai vendu tout ce que j'avais, ma voiture, etc.. et j'ai ouvert mon propre magasin de boxe», dit-il.

Mais même ce magasin n'a pas pu le garder en France quand il a reçu un appel d'un de ses sponsors... Venum. L'entreprise recherchait quelqu'un pour enseigner dans son gymnase thaïlandais et pensait que Zatout serait l'homme de la situation.

«Mon patron m'a avoué qu'ils rencontraient des problèmes dans leur centre de formation, alors j'ai accepté de déménager à Bangkok», déclare-t-il.

Le Français a arrêté la compétition et a mis toute son attention sur l'enseignement. Mais, malgré qu'il aimait être entraîneur et responsable d'une équipe, il savait que sa place était sur le ring.

«J'ai dû abandonner ma passion pour l'enseignement pour pouvoir retourner au combat», dit-il.

Une Mort Tragique

Les racines de Zatout dans le Muay Thai remontent à 26 ans, mais ses aspirations dans les arts martiaux ont presque pris fin quand il était encore adolescent.

Alors qu'il n'avait que 14 ans, son entraîneur principal est décédé subitement laissant dans son cœur un grand vide. C'était un homme qu'il considérait comme un membre de sa famille.

Le Français avait déjà perdu son père quand il était enfant, la mort de son entraîneur lui a donné l'impression qu'un autre membre de sa famille lui avait été enlevé.

«Mon premier entraîneur est mort en 1998», se souvient-il. «Mon premier entraîneur s'est occupé de moi comme un fils. Il était comme mon père.

«Quand il est mort, j'étais jeune et j'ai été choqué. Je ne l'oublierai jamais. Il m'a appris la vie et le Muay Thai. "

Heureusement, Zatout avait un autre entraîneur du même gymnase qui a commencé à s'occuper de lui. Si ce dernier n'avait pas pris la relève, Zatout avoue qu'il ne sait pas s'il aurait continué à poursuivre sa passion.

Champion du Monde

La carrière de Zatout a commencé dans son pays natal, où il a été trois fois champion de France de Muay Thai et champion d’Europe de Muay Thai.

À partir de là, «Diamond Heart» s'est aventuré dans de nouvelles organisations à travers le monde, et c'est là qu'il a vraiment commencé à accumuler des titres.

Il a remporté un championnat ISKA et un championnat Victory Kickboxing, mais sa plus grande fierté a été de devenir champion du monde WBC en 2013.

Cet exploit était encore plus apprécié car en remportant le titre mondial, Zatout a vengé une défaite contre son vieil ennemi, Singmanee Kaewsamrit, qui l'avait battu un an plus tôt dans un tournoi.

«J'ai remporté le titre lors d'un match revanche», se réjouit-il. «Tout le monde est venu regarder, tous les meilleurs combattants thaïlandais et tous les meilleurs combattants français.»

Maintenant, Zatout veut ajouter la ceinture du ONE à ses autres trophées.

Bien qu'il soit tombé devant le futur champion du monde de Muay Thai ONE Nong-O Gaiyanghadao en octobre 2018, il a su rebondir comme il le fallait pour revenir dans la course au titre.

Zatout a battu l'ancien prétendant au titre ONE World, Han Zi Hao en janvier dernier, et maintenant, il prévoit d'enchainer une seconde victoire de rang face à Victor Pinto.

Une victoire le rapprocherait sans aucun doute d'un combat pour la ceinture.

Google Plus

Mehdi ZATOUT Mehdi ZATOUT

Nb de combats :
117
Victoires:
77
KO / TKO:
43
Défaites:
39
Nuls:
1

Leave a comment

You are commenting as guest. Optional login below.

Captcha code Rafraîchir l'image