Actualités

Dépression, dopage à l’UFC, Georges St-Pierre revient sur son départ en retraite

Georges st pierre dopage
Georges St Pierre - UFC

Georges St-Pierre a choqué pas mal de monde lorsqu’il a décidé de se retirer du MMA et de quitté l’UFC une premier fois en 2013, mais le Canadien avait ses raisons.

L’un des champions les plus dominants de l’histoire de l’UFC, St-Pierre (26-2 MMA, 20-2 UFC) a abandonné sa ceinture des poids welters après avoir vaincu Johny Hendricks pour sa neuvième défense de titre consécutive à l’UFC 167. Bien qu’il fut toujours au top de sa carrière, St-Pierre a expliqué comment plusieurs problèmes sous-jacents ont mené à sa décision.

“J’ai eu beaucoup de problèmes avec l’UFC à cause des drogues améliorant les performances”, a déclaré St-Pierre à Burt Watson dans le dernier épisode de “Legend 2 Legend“. «Nous parlions à huis clos, et je sais qu’ils savent que beaucoup de leurs athlètes utilisaient des substances améliorant les performances. Mais je ne suis pas stupide. Je sais comment fonctionnent les affaires. Ils ne voulaient pas les tester car ils savaient que beaucoup de leurs champions tomberaient. Je pense que j’ai exercé trop de pression pendant trop longtemps. J’ai été champion pendant longtemps, et c’est dur de devenir champion, mais c’est encore plus dur de rester champion parce que tu as beaucoup de pression sur toi-même.”

La retraite de St-Pierre a été longue mais s’est avérée non définitive puisqu’il est revenu en 2017 pour vaincre Michael Bisping pour le titre des poids moyens à l’UFC 217.

“Je pense que j’avais juste besoin de vacances et j’étais dans une sorte de dépression à l’époque», a déclaré St-Pierre. « J’avais honte de l’admettre parce que j’avais une vie de rêve. J’ai beaucoup d’argent, je suis en bonne santé et j’avais honte d’admettre que j’allais vers la dépression, parce que je ne savais pas ce que les gens penseraient de moi. Ils diraient : « Oh, de quoi il se plaint ? C’est le champion du monde, il est riche, de quoi se plaint-il ? ” Alors j’avais honte, mais je vivais une dépression mentale et en plus de ça je me battais à l’UFC contre les drogues améliorant la performance, et j’avais beaucoup de problèmes personnels. J’avais juste besoin d’une pause.”

St-Pierre vs Hendrick, le tournant

La victoire par décision partagée de St-Pierre contre Hendricks a été considérée comme controversée par beaucoup de gens qui pensaient que Hendricks avait gagné après avoir poussé le champion dans ses limites comme jamais auparavant pendant son règne à l’UFC. Avec le recul, St-Pierre admet qu’il aurait dû s’en aller un peu plus tôt.

“Je pense que j’aurais dû prendre ma retraite après le combat contre Nick Diaz (en mars 2013)”, a déclaré St-Pierre. « J’aurais dû faire une pause. Si j’avais fait ça, peut-être que je serais revenu plus tôt dans ma carrière, mais je ne l’ai pas fait parce que je ressentais le besoin de toujours combattre le prochain gars parce qu’il y avait toujours un prochain gars, et c’est comme ça que je me suis rendu compte dès que vous terminer un combat, il y en a un suivant et encore un suivant, parce que le sport des arts martiaux mixtes est promu à propos de ce qui va suivre. Il ne fait pas la promotion de ce qui s’est passé dans le passé. Quelle est la prochaine, quelle est la prochaine, vendre, vendre, vendre. Nous devons vendre le prochain, déterminer qui est le prochain grand combattant qui peut battre le champion. »

Pas de contrôle antidopage

Pendant le règne de St-Pierre, le programme de dépistage des drogues de l’Agence antidopage Américaine n’avait pas été mis en œuvre par l’UFC. Fervent défenseur des tests de dépistage de drogue, St-Pierre a déclaré qu’il avait demandé à Hendricks de se faire tester avant le combat, mais lorsque l’UFC n’a pas exaucé son souhait, il n’était plus intéressé par la compétition s’il n’était pas garanti d’avoir des règles du jeu équitables. .

“En plus de la lutte mentale et émotionnelle, j’ai eu un camp d’entraînement de merde”, a déclaré St-Pierre. «J’étais fatigué, mentalement épuisé. Dans une interview, je disais à Johny Hendricks, “OK, faisons des tests de dépistage de drogue avant le combat”, et il a accepté au début mais (plus tard) a dit non. Il ne voulait pas le faire, et j’ai appris après que l’UFC lui a dit de ne pas le faire parce qu’ils ne voulaient pas lancer une tendance selon laquelle les gens commencent à le faire.”

“Parce que je sais qu’il y a beaucoup de bons combattants qui sont honnêtes et ne trichent pas, et cela aurait fait que beaucoup de gars honnêtes pensent que leur adversaire triche, les motivant à faire pareil et ils ne voulaient pas que ça commence. Alors ils ont dit à Johny Hendricks de ne pas le faire parce que je voulais le faire avec VADA (Voluntary Anti-Doping Association) à l’époque. Donc après le combat avec Johny Hendricks, juste après la conférence de presse, je suis allé dans une pièce avec Lorenzo (Fertitta) et Dana White, et je leur ai dit ce que je pensais de tout ça. … J’ai pensé que c’était corrompu, et je suis parti.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Georges St-Pierre a choqué pas mal de monde lorsqu’il a décidé de se retirer du MMA et de quitté l’UFC une premier fois en 2013, mais le Canadien avait ses raisons.

L’un des champions les plus dominants de l’histoire de l’UFC, St-Pierre (26-2 MMA, 20-2 UFC) a abandonné sa ceinture des poids welters après avoir vaincu Johny Hendricks pour sa neuvième défense de titre consécutive à l’UFC 167. Bien qu’il fut toujours au top de sa carrière, St-Pierre a expliqué comment plusieurs problèmes sous-jacents ont mené à sa décision.

“J’ai eu beaucoup de problèmes avec l’UFC à cause des drogues améliorant les performances”, a déclaré St-Pierre à Burt Watson dans le dernier épisode de “Legend 2 Legend“. «Nous parlions à huis clos, et je sais qu’ils savent que beaucoup de leurs athlètes utilisaient des substances améliorant les performances. Mais je ne suis pas stupide. Je sais comment fonctionnent les affaires. Ils ne voulaient pas les tester car ils savaient que beaucoup de leurs champions tomberaient. Je pense que j’ai exercé trop de pression pendant trop longtemps. J’ai été champion pendant longtemps, et c’est dur de devenir champion, mais c’est encore plus dur de rester champion parce que tu as beaucoup de pression sur toi-même.”

La retraite de St-Pierre a été longue mais s’est avérée non définitive puisqu’il est revenu en 2017 pour vaincre Michael Bisping pour le titre des poids moyens à l’UFC 217.

“Je pense que j’avais juste besoin de vacances et j’étais dans une sorte de dépression à l’époque», a déclaré St-Pierre. « J’avais honte de l’admettre parce que j’avais une vie de rêve. J’ai beaucoup d’argent, je suis en bonne santé et j’avais honte d’admettre que j’allais vers la dépression, parce que je ne savais pas ce que les gens penseraient de moi. Ils diraient : « Oh, de quoi il se plaint ? C’est le champion du monde, il est riche, de quoi se plaint-il ? ” Alors j’avais honte, mais je vivais une dépression mentale et en plus de ça je me battais à l’UFC contre les drogues améliorant la performance, et j’avais beaucoup de problèmes personnels. J’avais juste besoin d’une pause.”

St-Pierre vs Hendrick, le tournant

La victoire par décision partagée de St-Pierre contre Hendricks a été considérée comme controversée par beaucoup de gens qui pensaient que Hendricks avait gagné après avoir poussé le champion dans ses limites comme jamais auparavant pendant son règne à l’UFC. Avec le recul, St-Pierre admet qu’il aurait dû s’en aller un peu plus tôt.

“Je pense que j’aurais dû prendre ma retraite après le combat contre Nick Diaz (en mars 2013)”, a déclaré St-Pierre. « J’aurais dû faire une pause. Si j’avais fait ça, peut-être que je serais revenu plus tôt dans ma carrière, mais je ne l’ai pas fait parce que je ressentais le besoin de toujours combattre le prochain gars parce qu’il y avait toujours un prochain gars, et c’est comme ça que je me suis rendu compte dès que vous terminer un combat, il y en a un suivant et encore un suivant, parce que le sport des arts martiaux mixtes est promu à propos de ce qui va suivre. Il ne fait pas la promotion de ce qui s’est passé dans le passé. Quelle est la prochaine, quelle est la prochaine, vendre, vendre, vendre. Nous devons vendre le prochain, déterminer qui est le prochain grand combattant qui peut battre le champion. »

Pas de contrôle antidopage

Pendant le règne de St-Pierre, le programme de dépistage des drogues de l’Agence antidopage Américaine n’avait pas été mis en œuvre par l’UFC. Fervent défenseur des tests de dépistage de drogue, St-Pierre a déclaré qu’il avait demandé à Hendricks de se faire tester avant le combat, mais lorsque l’UFC n’a pas exaucé son souhait, il n’était plus intéressé par la compétition s’il n’était pas garanti d’avoir des règles du jeu équitables. .

“En plus de la lutte mentale et émotionnelle, j’ai eu un camp d’entraînement de merde”, a déclaré St-Pierre. «J’étais fatigué, mentalement épuisé. Dans une interview, je disais à Johny Hendricks, “OK, faisons des tests de dépistage de drogue avant le combat”, et il a accepté au début mais (plus tard) a dit non. Il ne voulait pas le faire, et j’ai appris après que l’UFC lui a dit de ne pas le faire parce qu’ils ne voulaient pas lancer une tendance selon laquelle les gens commencent à le faire.”

“Parce que je sais qu’il y a beaucoup de bons combattants qui sont honnêtes et ne trichent pas, et cela aurait fait que beaucoup de gars honnêtes pensent que leur adversaire triche, les motivant à faire pareil et ils ne voulaient pas que ça commence. Alors ils ont dit à Johny Hendricks de ne pas le faire parce que je voulais le faire avec VADA (Voluntary Anti-Doping Association) à l’époque. Donc après le combat avec Johny Hendricks, juste après la conférence de presse, je suis allé dans une pièce avec Lorenzo (Fertitta) et Dana White, et je leur ai dit ce que je pensais de tout ça. … J’ai pensé que c’était corrompu, et je suis parti.

Quitter la version mobile