Connect with us
gva 3 banniere

UFC - Ultimate Fighting Championship

Israel Adesanya : ‘J’attendais qu’il soit fatigué pour que je puisse faire mon travail’

Adesanya-pereira ufc 281-2

Après avoir eu plus de temps pour réflé­chir, rien n’a chan­gé. Israel Ade­sa­nya main­tient ses convic­tions ini­tiales après sa défaite par TKO face à Alex Per­ei­ra same­di der­nier à l’UFC 281.

Ade­sa­nya a été arrê­té par son rival Per­ei­ra dans l’é­vé­ne­ment prin­ci­pal, per­dant son titre des poids moyen au Madi­son Square Gar­den de New York. Israel (23−2), qui menait 39–37 sur les cartes des scores des juges à la fin du qua­trième round, a per­du son titre après avoir été coin­cé par Per­ei­ra (7−1) en pre­nant une grosse série de coups de poing, tout en se tenant contre la clôture.

Le nige­rien a tré­bu­ché sur la toile mais s’est remis sur pied alors que Per­ei­ra conti­nuait de le frap­per. Ade­sa­nya n’a pas été au sol une deuxième fois, mais les dégâts subis ont été suf­fi­sants pour que l’ar­bitre Marc God­dard inter­vienne et arrête le com­bat. Ade­sa­nya n’é­tait alors pas d’ac­cord avec l’ar­rêt, et deux jours plus tard, il main­te­nait tou­jours sa position.

“Vous voyez quand je me relève, je vais bien, parce que j’é­tais lucide”, a décla­ré Ade­sa­nya lun­di sur “The MMA Hour”. “Je n’ai pas été secoué. Alors j’ai été heur­té contre la clô­ture, et ma pen­sée a été : ‘M’é­chap­per laté­ra­le­ment à gauche ou à droite.’ Et puis je suis allé à droite, et quand j’al­lais à droite, je n’y arri­vais pas. Ce n’é­tais pas parce que j’é­tais secoué, c’é­tait (à cause de) mon pied.

Ade­sa­nya a décla­ré que son lan­gage cor­po­rel le fai­sait paraître pire qu’il ne l’é­tait réel­le­ment après avoir pris la pre­mière pho­to de la séquence de fin de com­bat. Le Nigé­rian attri­bue les dom­mages à sa jambe cau­sés par les coups de pied de Per­ei­ra à son manque de mou­ve­ment et à son appa­rence instable.

“Et encore une fois, vous savez, le nerf péro­nier – c’est arri­vé à Michael Chand­ler, Ceju­do, notre gar­çon Jim­my Crute, ça lui est arri­vé aus­si”, a décla­ré Ade­sa­nya. “Donc, à un moment don­né du com­bat, j’es­saie de bou­ger ; c’est à mi-par­cours du deuxième tour. C’est comme quand vous mar­chez, et que la jambe tré­buche, et qu’elle traîne acci­den­tel­le­ment sur le sol. C’est ce qu’il s’est pas­sé durant le com­bat. Et j’é­tais comme, ‘Est-ce que quelque chose ne va pas avec ma jambe ? C’est ce qui est arri­vé à ma jambe. Cela ne m’é­tait jamais arri­vé dans un com­bat aupa­ra­vant, mais je savais ce que c’était. …”

“Alors je suis allé laté­ral, laté­ral, et j’ai tré­bu­ché et j’a­vais l’air en mau­vaise pos­ture, donc je pense que l’ar­bitre a dit:” Deux gros coups, et il vacille. Oh sh * t. ‘(Mais) ce n’é­tait pas à cause des coups, je vous le pro­mets. Je n’ai aucune rai­son de men­tir. C’est à cause de ma jambe.”

Tra­duc­tion de la confé­rence de presse d’a­près com­bat de l’UFC 281

Ade­sa­nya se sou­vient par­fai­te­ment de la fin du com­bat et a décla­ré qu’il n’é­tait en aucun cas incons­cient. Sa stra­té­gie était de patien­ter durant l’at­taque de Per­ei­ra, puis de cher­cher le take­down une fois que le Bré­si­lien avait dépen­sé son énergie.

“Et puis je me dis : OK, reste là, reste là, ne bouge plus. Laisse-le atta­quer. Alors j’at­ten­dais qu’il fasse de gros coups. Alors j’ai bais­sé la tête, j’ai pu voir ses bras et ses jambes. C’est tout ce que j’a­vais besoin de regar­der. Je sais où est sa tête. Alors je suis juste là en mou­ve­ment, en mou­ve­ment. Mais à l’ar­bitre est inter­ve­nu. Je me suis dit : « Je vais bien. Oh, p****. J’ai lit­té­ra­le­ment été déçu. J’at­ten­dais qu’il soit fati­gué, pour que je puisse faire mon tra­vail. J’al­lais le faire tom­ber et le frap­per à nouveau.”

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.