Suivez-nous

Actualités

Comment Dereck Chisora est-il devenu appréciable ?

dereck chisora

Il y a quelques années, lorsque son palmarès était de 14-0, Dereck Chisora n’imaginait sûrement pas que sa carrière prendrait une telle direction. Très dur au mal et puissant, Chisora a toujours été un boxeur difficile à affronter. Mais malheureusement, le constat est sans appel ; dans sa longue épopée pour devenir champion, il n’aura jamais été le champion tant espéré, et n’est aujourd’hui qu’un simple “gate-keeper” de luxe.

Chisora n’est pas forcément le type le plus sympa du monde ou le plus facile à soutenir. Il a été reconnu coupable d’agression contre sa compagne en 2010 et il avait menacé de tuer David Haye en 2012, ce qui lui avait valu de perdre brièvement sa licence de boxe.

Tous ces faits sont inexcusables et abjects (particulièrement la violence domestique), mais le courage dont il a fait preuve face à Joseph Parker samedi 19 décembre 2021 nous a tout de même ému.

Chisora n’est plus dans son prime. Ou peut-être n’a-t-il jamais vraiment eu de prime ? Depuis son début de carrière sur les chapeaux de roues avec 14 victoires consécutives, Chisora a été, au mieux, un combattant en demi-teinte, puisqu’il il a perdu 12 de ses 30 derniers combats.

Lorsque Chisora a affronté la crème de la crème (David Haye, Vitaly Klitschko ou encore Tyson Fury), il a essuyé de terribles défaites.

Même au niveau inférieur, il s’est généralement incliné aussi. Lorsqu’on lui a donné l’occasion de combattre un adversaire qui pouvait le conduire à un combat pour le titre (il avait combattu pour un titre mondial contre Klitschko), Chisora n’a pas été à la hauteur des enjeux. L’occasion s’était présentée deux fois en la personne de Dillian Whyte mais il s’était incliné lors des deux combats (aux points et par KO). Contre Joseph Parker, il avait obtenu une troisième et dernière chance, mais rebelote : défaite par décision unanime.

Comme dit plus haut, Chisora a souvent eu un comportement honteux sur le ring et en dehors. Mais samedi soir, alors qu’il se relevait après son troisième knockdown, on ne pouvait que le soutenir. Les trois fois où il s’est retrouvé au tapis, l’anglais était à bout de souffle et perclus de douleur.

Et pourtant, dans un combat qu’il savait perdu d’avance, Chisora s’est relevé, a regagné ses esprits et a rendu coup pour coup. Toujours selon ce même schéma cyclique : il part au tapis, se relève et s’abrite dans le coin pour résister à Parker et empêcher l’arbitre de mettre fin au combat. C’était un combat difficile à regarder, mais il y avait quelque chose en plus à ce combat, une dimension presque épique, qui contrastait avec la tournure du combat (dominé par Parker de bout en bout). Chisora, tel un héros sublime et résigné face à sa propre défaite, titubait sur le ring, la bouche ouverte et essoufflé, mais bien déterminé à ne pas jeter l’éponge. Il tenait absolument à terminer le combat. Et c’est ce qu’il a fait.

Au vu de son âge (37 ans), Derek Chisora est sans aucun doute conscient que son combat contre Parker était son dernier grand combat chez les lourds.

Compte tenu de tous les combats qu’il a disputé et de la facilité avec laquelle il peut être touché (comme l’a montré ce combat du 19 décembre), on ne peut qu’espérer qu’il mette un terme à sa carrière et qu’il puisse trouver cet apaisement qui lui a manqué pendant tant d’années.

Difficile de dire ce que réserve l’avenir pour Chisora, qui ne semble pas vouloir tourner la page et a déjà annoncé un prochain combat à l’été 2022.

Quoi qu’il en soit, il a déjà tourné la page sur sa période de “bad boy”. Et, à notre propre surprise, son histoire finit bien. Car, malgré tous ces rebondissements, Derek Chisora a montré qui il était réellement : un boxeur apprécié, mais surtout un homme apaisé et appréciable.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.