Connect with us

Actualités

Francis Ngannou : ‘Non, je ne combattrai plus pour 500,000$, 600,000$’

francis ngannou ufc

Le cham­pion des poids lourds de l’UFC, Fran­cis Ngan­nou, est prêt à ne plus com­battre pour le reste de 2022 s’il bat Ciryl Gane et n’ar­rive pas a se mettre d’ac­cord avec son pro­mo­teur sur un nou­veau contrat qui aug­men­te­ra son salaire et lui per­met­tra de com­battre en boxe anglaise.

Jeu­di, Ngan­nou a décla­ré à ESPN.com qu’il pense avoir rem­pli son contrat actuel avec l’UFC lors­qu’il affron­te­ra le cham­pion par inté­rim Ciryl Gane lors de l’u­ni­fi­ca­tion des cein­tures à l’UFC 270 le 22 jan­vier. Mais il recon­naît éga­le­ment qu’une clause de cham­pion pour­rait retar­der un nou­veau départ, quoi que cela puisse être.

Ngannou veut que les choses changent

“Non, je ne me bat­trai plus pour 500 000 $, 600 000 $”, a décla­ré Ngan­nou lors­qu’on lui a deman­dé s’il se bat­trait selon les termes d’un contrat pro­lon­gé avec l’UFC. “Je veux dire, c’est fini. C’est fini. Je viens de faire ça. J’ai pris ce com­bat pour une rai­son per­son­nelle, et je veux m’as­su­rer que quoi qu’il en soit, même si c’est injuste, j’ai été mal trai­té, je peux faire valoir mes argu­ments pour dire que j’ai ter­mi­né les huit combats.”

Ngan­nou a décla­ré qu’il avait signé un accord avec l’UFC en décembre 2017, avant son pre­mier titre des poids lourds dans un com­bat contre Stipe Mio­cic à l’UFC 220, qui avait un man­dat de cinq ans. Cepen­dant, il a décla­ré que la clause du cham­pion dans son contrat sti­pu­lait éga­le­ment que s’il déte­nait le titre à son expi­ra­tion, il serait lié à la pro­mo­tion pen­dant un an ou trois combats.

“Tout cela me fait pen­ser que c’est facul­ta­tif”, a décla­ré Ngannou.

Ngan­nou ne sem­blait pas vrai­ment être sur de son sta­tut concer­nant la durée glo­bale du contrat et de la clause de cham­pion, affir­mant à un moment don­né qu’il ne serait pas sous contrat avant jan­vier 2023 “parce que le contrat glo­bal de l’UFC ne peut pas dépas­ser cinq ans. ”

“Le contrat UFC est très déli­cat”, a‑t-il décla­ré. “C’est pour­quoi vous signez [un contrat de 40 mois] et vous vous retrou­vez après quatre ans tou­jours à gérer cela, même si vous avez été actif.”

Les contrats stan­dard de l’UFC incluent géné­ra­le­ment une dis­po­si­tion de « péage » qui per­met éga­le­ment à la pro­mo­tion de les pro­lon­ger de six mois dans le cas où un com­bat­tant ne serait pas en mesure d’ac­cep­ter un com­bat offert en rai­son d’une bles­sure ou d’autres cir­cons­tances. Plus tôt cette année, Ngan­nou a refu­sé un com­bat pour le titre avec Der­rick Lewis à l’UFC 265 en rai­son de conflits de plan­ning. L’UFC a ensuite pro­mu un com­bat pour le titre inté­ri­maire entre Gane, son ancien par­te­naire d’en­traî­ne­ment, et Lewis.

Le mana­ger de Ngan­nou, Mar­quel Mar­tin, dont l’agence CAA est un concur­rent direct de la socié­té mère de l’UFC Endea­vour, a décla­ré à ESPN que les négo­cia­tions n’a­vaient pas repris sur un nou­vel accord. Mar­tin a récem­ment décla­ré qu’il n’a­vait pas par­lé à la pro­mo­tion depuis six mois mal­gré le désir de conclure un nou­vel accord.

Ngannou X UFC : Ca passe ou ca casse

Le pré­sident de l’UFC, Dana White, a évi­té le conflit en décla­rant qu’il appar­te­nait à Ngan­nou de res­ter ou non.

« Si vous vou­lez être avec nous, nous serions ravis de vous avoir », a‑t-il décla­ré. « Si vous ne vou­lez pas être avec nous, pas de problème.”

Ngan­nou n’é­tait pas trop encou­ra­gé par ces mots. Il a décla­ré que tout nou­vel accord qu’il conclu­rait devait inclure une option de boxe. Lui et le cham­pion de boxe poids lourd Tyson Fury ont récem­ment évo­qué un com­bat pos­sible, et le pro­mo­teur de Fury, Top Rank, a salué l’i­dée d’un évé­ne­ment croisé.

“Nous avons cette dis­cus­sion depuis plus d’un an, et il semble qu’ils étaient d’ac­cord avec ça”, a décla­ré Ngan­nou à pro­pos de la posi­tion de l’UFC sur la boxe. « Lorsque l’UFC sera impli­qué, cela ne fera que l’agrandir. Alors oui, si je veux boxer, j’ai­me­rais que l’UFC soit impliqué.”

Mais, a‑t-il ajou­té, il ne savait pas quoi pen­ser du niveau d’in­té­rêt actuel de la promotion.

“Par­fois, je pour­rais dire oui, par­fois, je ne sais pas”, a‑t-il déclaré.

Un défaite face à Gane à l’UFC 270 appor­te­rait cer­tai­ne­ment de la clar­té sur le sta­tut de Ngan­nou. À ce stade, il serait sou­mis à une période de négo­cia­tion exclu­sive avec l’UFC, géné­ra­le­ment de 90 jours, sui­vie d’une période pen­dant laquelle d’autres pro­mo­teurs pour­raient faire des offres avec l’UFC, étant don­né la pos­si­bi­li­té de les égaler.

Francis Ngannou est fier de ce qu’il a déjà accompli

Quoi qu’il arrive, Ngan­nou est fier de ce qu’il a déjà accom­pli, pense qu’il mérite d’être le cham­pion et qu’il peut le rester.

“Disons quelque chose de très clair”, a‑t-il décla­ré. “La rai­son pour laquelle je suis ici, c’est parce que je l’ai méri­té. Per­sonne ne m’a rien don­né. Donc je ne sais pas ce qui va se pas­ser demain, mais je suis sûr que j’y arri­ve­rai. Je vais conti­nuer à le faire, je veux gagner ce com­bat, mais si je perds, ça va. Je ne pense pas que cela me retire quoi que ce soit en tant qu’­homme. J’ai fait beau­coup en tant qu’homme.”

“Même si c’é­tait la fin, eh bien, je dirai que je l’ai fait. Peu de gens dans leur vie, même ceux qui ont de meilleures oppor­tu­ni­tés que moi, peuvent racon­ter la même his­toire que moi. Je suis heu­reux où je suis.”

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivez-nous